année organisme nom des décideurs fonction résumé
1991 saaq Nathalie Tremblay agent d'indemnisation elle a fait sa job en reconnaissant le statut travailleur autonome sauf pour les séquelles et pour le refus de payer des traitements et de reconnaître le temps plein à la job travailleur autonome
1991 saaq Ann Carmichael ? je ne sais pas si elle était agent d'indemnisation mais elle a détruit le travail de reconnaissance de travailleur autonome. Sa lettre n'était pas numéroté (toutes les décisions le sont) Elle a été le chien dans le jeu de quille
1992 saaq Carl Tremblay agent de révision . Que ce soit pour les IRR, les séquelles ou les preuves médicale, il a fait un massacre de tout
1992 saaq Danielle Boutin agent d'indemnisation refus systèmatique de rembourser les frais de déplacement
1992 CAS/ TAQ Jean-Luc St-Hilaire et Jean-Yves Larochelle commissaires de la commission des affaires sociales. Ils ont révisés les dossiers sans tenir compte des preuves médicales qui s'accumulaient et en donnant raison à la saaq. Malgré les preuves qui donnent raison à monsieur Bilodeau. De plus il rendent une décision sur d'éventuels aggravation alors que la saaq ne s'est pas encore prononcé.
1993 saaq Carl Tremblay agent de révision s’appuie sur la décision de la CAS pour refuser les liens entre les blessures, les frais engendrés par eux et l'accident
1996 devant la CAS Yves Abran avocat de Guy Bilodeau La CAS remet en cause le bien fondé de l'appel de Guy. Son avocat parle avec lui et le convainc que de faire un désistement est la meilleur chose.
1996


J'entre dans la bataille enragée qu'ils aient fait croire à Guy qu'un désistement était une sorte de victoire. J'écris au TAQ pour les aviser que Guy n'avait pas comprit la porter d'un désistement et que je vais à l'avenir être au dossier avec Guy
13 décembre 1996 CAS/ TAQ Jules Brodeur et Jean-marc Ducharme commissaires de la commission des affaires sociales. sur le fait que la SAAQ n'a pas rendu de décision sur la rechute

Le 13 décembre 1996, la CAS (commission des affaires sociales, maintenant tribunal administratif du Québec) abuse volontairement de ses pouvoirs lors de la demande de révision.

1. A propos de l'avis du docteur St-Pierre daté du 7 août 1992, concernant une rechute versus les problèmes lombaires, en disant à la SAAQ qu'elle ne peut en disposer (puisque c'est la SAAQ qui doit en juger en première instance)


2. Alors qu'en réalité, la CAS en dispose, puisqu'elle cite longuement l'avis du Dr St-Pierre et s'appuie encore sur cet avis dans ses conclusions pour rejeter les demandes de monsieur Bilodeau.


3. La CAS abuse de ses pouvoirs, et ce, malgré la demande de maître Abran, avocat de monsieur Bilodeau, qui s'était aperçu que la SAAQ n'avait jamais donné suite à la demande de Me Perreault, daté du 3 novembre 1992
1997 saaq Maryse Cyr agent d'indemnisation Dit qu'elle ne peut pas établir de lien entre l'accident et les séquelles à cause du diagnostique de Dr St-Pierre qui avait inventé une condition pré-existante. Le reste de la preuve médicale est balayé sous ce prétexte
1997 CAS/ TAQ Guy
Guy avise le TAQ qu'il va se représenté seul. Il fait aussi une procuration à sa conjointe Carmen Fréchette
1997 CAS/ TAQ Albert Laliberté et Lyna Bison Jolin commissaires de la commission des affaires sociales. Nous demandons au C.A.S de reconsidérer leurs décisions vs les preuves... ceci nous est refusé Les commissaires mentent en disant qu'il n'y a aucune autre symptomatologies depuis 1992. Pourtant nous avions déposé les nouvelles preuves médicales. (voir page 15 de la décision)
1998 saaq Michel Labbé agent de révision l'avocat Michele Émond dépose l'expertise du d'un ortho suite à sa deandeL'agent étant ignorant de la preuve médicale écrit : que le dr n'a pas traité guy suite à l'accident. C'est exactement ça une expertise du con!
1999 saaq michel Labbé agent de révision l'avocat Pierre Cloutier dépose à notre demande le protocole opératoire et l'expertise du Dr Pierre c. Millette. La révision de la saaq prétend que ce n'est pas valide, aucun rapport avec l'accident malgré ce que les médecins disent
1999
nous demande de révision au taq Nous spécifions les mensonges de l'agent de révision Michel Labbé et demandons à ce que le TAQ reconnaisse les preuves médicales au dossier